Les fuites, pas de panique !

Ah, les fuites ! Très redoutées des parents et de leur entourage, elles ne sont pourtant pas plus nombreuses en couches lavables qu’en couches jetables ( vous connaissez sûrement le syndrome de la “couche explosée”, avec les micros-billes de gel absorbant qui se répandent partout…) et facilement évitables.

Passons en revue les causes principales de ces fuites que vous apprendrez à relativiser !

1° Les fuites par capillarité

Un mauvais positionnement de la couche, un bout de papier de protection qui dépasse ou un body qui comprime la couche pleine, vont occasionner des fuites par contact. Passons en revue la routine du change :

Prenez une couche,

déposez-y une feuille de papier de protection (épais pour les bébés allaités, épais ou fins pour les autres),

glissez la couche sous les fesses du bébé (l’étiquette est généralement derrière et à l’extérieur de la couche pour ne pas irriter les bébés),

Rabattez les cotés de la couche et fermer en ajustant bien :

  • avec un système à pressions: commencez par la pression au niveau de la cuisse puis remonter vers le ventre.
  • avec un système à scratch: jouez sur l’orientation du scratch pour resserrer ou desserrer les cuisses (vers le haut, il resserre la cuisse, vers le bas, il augmente le tour de cuisse).

Procédez de la même façon pour la culotte si vous utilisez un système couche + culotte. Aucune partie de la couche absorbante ne doit sortir de la culotte.

La couche doit être ajustée en mode “papillon”: on serre bien à l’entrejambe et on déploie sur le ventre. Les plis de l’aine du bébé doivent faire barrière naturelle. Si la couche est placée trop en largeur entre les jambes, un espace se crée entre la couche et la cuisse quand bébé bouge et provoque des fuites.

En règle générale, n’ayez pas peur de serrer la couche en tirant bien sur les côtés. La couche et la culotte doivent être bien ajustées également sur le ventre et le dos mais vous devez pouvoir glisser un doigt facilement entre la peau et la couche.

De même, vérifiez qu’aucun morceau du papier de protection ne sort de la couche !  Disposez la feuille sur toute la longueur de la couche, placez la couche sur bébé puis rentrez avec le doigt tout ce qui dépasse (cuisses, ventre et dos). Si vous n’êtes pas à l’aise avec le voile jetable (il peut parfois glisser à l’installation ou se froisser à l’intérieur de la couche), pensez au voile lavable, le plus souvent en micro-polaire qui adhérera mieux à la couche.

Enfin, le sacro-saint body peut être la cause de grosses fuites par capillarité. En France, ils sont souvent taillés en V contrairement aux bodys anglo-saxons qui ont un entrejambe rond et long, bien plus adaptés aux couches lavables (les pays anglo-saxons n’ont jamais totalement arrêté les couches lavables, les accessoires se sont donc adaptés au fur et à mesure que les couches se modernisaient). Quand la couche est pleine et que le body est un  peu trop serré, il la pressure comme une éponge… Nous vous conseillons donc de passer à la taille du dessus ou bien de ne pas pressionner totalement le body (la pression du milieu suffit), voire de ne pas le pressionner du tout et même… de ne pas utiliser de body ! Un petit maillot de corps fera l’affaire, votre bébé ne prendra pas froid ! 😉

2° Les gros pipis

Petit bébé ne signifie pas petit pipi ! Si un nouveau né fait quasi en continu de petites quantités de pipi, les plus grands vont peu à peu gagner en capacité de rétention mais élimineront de gros pipis en une seule fois ! Il faut donc aider la couche (partie absorbante) à emmagasiner toute cette quantité liquide, sous peine de la voir  saturée au bout de 2h30 et donc de subir…des fuites !

Et pour cela, rien ne vaut un booster ! Booster = augmenter la capacité d’absorption de la couche. Il s’agit d’un petit insert, souple, en matière naturelle ou synthétique que l’on va placer dans la couche de manière stratégique : devant pour un garçon , au milieu pour une fille (ou devant si la petite fille dort sur le ventre), de manière à renforcer la “zone d’impact” !

Vers 8-9 kg, soit vers les 5- 6 mois, le booster deviendra quasi- indispensable et donc votre meilleur ami ! Préparez le, comme le papier de protection, à l’avance dans vos couches ou ayez le toujours à portée de main sur le plan de change. Et prévoyez en autant que nécessaire, les gros pipis survenant autant le jour que la nuit.

3° La couche est encrassée

Vos couches n’absorbent plus aussi bien ? Elles fuient dès le premier pipi, sentent l’urine même propres ? Votre enfant a des rougeurs soudaines ? Vos couches sont bel et bien encrassées !

Le décrassage est un passage obligé en couches lavables car  nous utilisons parfois  trop de lessive (ou une lessive inadaptée) et nous vivons très souvent en région calcaire, ce qui occasionne des résidus qui vont s’accrocher aux fibres des couches et les empêcher de bien fonctionner. Evitez également de laver vos lingettes lavables de liniment avec les couches ! Le liniment a le même effet qu’une lessive grasse sur l’absorption des couches.

On procède donc ainsi : si l’encrassage est léger, passage à 60° sans lessive pour toutes les couches ou parties absorbantes. On peut le faire 2 fois d’affilée si besoin. Si vous avez une machine à hublot, jetez un œil au rinçage: si la mousse est persistante, refaites un passage à 60°.

Le traitement de choc en cas de besoin: un trempage des couches ou parties absorbantes propres dans du bicarbonate de sodium + vinaigre blanc. L’eau doit être bien chaude et le trempage doit durer minimum le temps du refroidissement de l’eau. Le bicarbonate et le vinaigre produisent une réaction chimique qui va “ouvrir” les fibres et laisser s’évacuer le trop plein de lessive, de calcaire et d’urine.  Vous trouverez le bicarbonate et le vinaigre blanc dans tous les magasins bio et les supermarchés.

Vous pouvez également ajouter du percarbonate pour ses propriétés détachantes et assainissantes.

On peut décrasser ses couches 1 fois par mois en région très calcaire et tous les 2 mois en région peu calcaire. En prévention et si votre lessive n’en possède pas déjà, ajoutez une cuillère à café de bicarbonate et une autre de percarbonate à chaque lessive. Attention, le percarbonate ne sera réellement efficace qu’à haute température, soit 60°. Et veillez à ce que votre cycle de lavage soit suffisamment long, notamment au moment du rinçage.

Pensez à décrasser votre machine à laver, 2 fois par an minimum ! Une demie bouteille de vinaigre blanc, à 90°, à vide !

Pas de commentaires

Poster un commentaire