Serviettes hygièniques lavables et coupe menstruelle : des alternatives efficaces aux protections hygièniques toxiques

Tampons, serviettes lavables ou jetables, coupe menstruelle… Depuis leurs premières règles jusqu’à la ménopause, la vie des femmes est rythmée de manière plus ou moins régulière par l’arrivée des règles et par l’utilisation de protections hygiéniques. Mais alors que tampons et serviettes hygiéniques jetables sont de plus en plus critiquées pour leurs composants dangereux et pour la pollution qu’ils engendrent, quelles sont les alternatives ?

 

Commençons avec quelques chiffres… qui donnent le tournis :

 

Les protections périodiques, nous les connaissons toutes depuis notre adolescence et nous les utilisons durant des décennies, une femme ayant ses règles en moyenne 520 fois au cours de sa vie. Ce sont ainsi pas moins de 10 000 à 15 000 produits menstruels (serviettes, tampons, applicateurs…) qui seront utilisés puis jetés. Rien qu’en ce qui concerne les serviettes, 45 milliards d’entre elles sont jetées en un an dans le monde. Ouf ! Des produits qui mettront cependant 500 ans à se dégrader dans la nature, soit autant qu’une bouteille en plastique… ou qu’une couche !

Voilà pour l’aspect écologique de la chose, mais côté santé ce n’est guère mieux ; les tampons, par exemple, peuvent être responsables du fameux  syndrome du choc toxique dont toutes les notices font mention. Commençant comme une simple grippe, le syndrome peut rapidement s’aggraver jusqu’à devenir mortel. De quoi voir d’un autre œil la boîte de tampon qui nous attend dans les toilettes…

Sans aller jusque là, des tests ont montré que les tampons contenaient également des dioxines, responsables de troubles de la fertilité et du système immunitaire. On y trouve également des matières synthétiques et du coton ; non bio, cette matière est largement traitée avec des pesticides. Une catastrophe écologique et sanitaire responsable d’1,5 million de cas d’intoxications sévère et d’au moins 30 000 morts chaque année dans le monde.

Mais alors, pour quoi ces produits sont-ils toujours en vente libre ? De la même manière que pour les couches jetables, les protections menstruelles représentent un marché énorme, 350 millions d’euros par an juste pour la France ! (chiffre 2003).

(Chiffres Terra Eco, Greenpeace, Planetoscope)

Alors tout ça c’est bien joli mais concrètement, on fait quoi ? Et bien, on passe aux alternatives, dont voici une petite liste ci-dessous ! Certifiées saines et écologiques, elles ont également été testées par nos soins. Pas de mauvaise surprise !

 

Serviettes hygiéniques lavables et protège-slips la</strong style=”color:#a64d79″>vables

 

On commence avec Bummis, notre marque chouchou ! Nos amis canadiens nous proposent une gamme consacrée aux règles appelée Fabulous Flo (Flow signifiant flux en anglais, une référence également à Aunt Flo(w), « tante Flo », une façon familière de désigner les règles dans la langue de Shakespeare) deux modèles de serviettes hygiéniques lavables ; le premier modèle, le régulier, est idéal pour la journée ; une face en coton bio se pose côté peau tandis qu’une face imperméable en PUL vient protéger le sous-vêtement. Des petites ailettes à pressions permettent de fixer parfaitement la serviette et évitent qu’elle ne bouge. Elle existe en différents coloris et aussi en lot de 3 ainsi qu’en version nuit, le modèle ultra, plus longue et plus absorbante. A noter que pour les flux les plus légers et pour les utilisations quotidiennes, la serviette Fabulous Flo existe également en version protège-slip.

Autres modèles disponibles en magasin, les serviettes et protège-slip de la marque Graine de Couche ; 3 faces composent ce modèle : une face en coton décoré, une face en polaire pour un effet au sec et au milieu une couche de PUL pour l’imperméabilité.

 

Terminons avec la marque Imse Vimse qui propose également des serviettes hygiéniques lavables version jour et version nuit ; là encore, la face côté peau est en coton bio garanti sans produits chimiques, avec également une face imperméable côté sous-vêtements et des petites ailettes pour bien fixer la serviettes sous la culotte.

 

Comment transporter des serviettes hygiéniques lavables ?

 

Puisque vos serviettes hygiéniques lavables ne partent pas à la poubelle, vous aurez besoin d’une solution pour les transporter une fois sales ; sur notre site et en boutique vous trouverez différentes petites pochettes imperméables. Chez Planet Wise, les petites pochettes de voyage possèdent une poche étanche pour les serviettes usagées ainsi qu’une poche classique pour y stocker les serviettes encore propres.

Chez Bummis, les pochettes Fabulous Flo fonctionnent sur le même principe avec un pliage supplémentaire pour prendre encore moins de place dans le sac !

Côté lavage

 

Pour le lavage régulier, faites tremper vos serviettes tachées de sang dans l’eau froide puis passez-les en machine à 40°C. Elles peuvent également passer à 60° ou à 90°C pour un lavage en profondeur.

En cas de taches récalcitrantes, des produits comme le fiel de bœuf, un liquide naturel qui digère les taches organiques, ou encore la poudre Femme Rock, spécialement conçue pour nettoyer les protections périodiques lavables, détacheront efficacement vos serviettes.

 

La coupe menstruelle

 

Impossible de terminer cet article sur les protections menstruelles réutilisables sans évoquer la coupe menstruelle !

La coupe menstruelle est un petit récipient de forme conique en silicone qui vient se placer dans le vagin pour recueillir le sang. Stérilisable, étanche si bien placée, la coupe menstruelle remplacera des milliers de tampons et de serviettes hygiéniques jetables.

A la différence des tampons, la coupe menstruelle recueille le sang mais n’absorbe pas les sécrétions vaginales ; elle est ainsi bien plus respectueuse de la flore vaginale et de son équilibre. En silicone médical, elle n’occasionne pas de réaction allergique et il suffit de la faire bouillir entre deux cycles pour la stériliser jusqu’à la prochaine utilisation.

Pour la placer dans le vagin, un peu de pratique s’impose ; il convient de trouver le pliage qui vous correspond, de comprendre la technique que vous préférez et de vous entraîner un peu. Deux à trois cycles suffisent généralement pour s’habituer. Une fois dépliée, la coupe est comme collée aux parois du vagin et ne laisse plus passer le sang. On peut dormir avec, aller à la piscine… Sa contenance permet généralement de la garder toute la journée, et ce sans risque d’infection ou de choc toxique. Une tige située au bas de la coupe permet de faciliter le retrait.

De nombreuses marques proposent des coupes menstruelles, généralement en différentes tailles.

Chez Apinapi nous vous proposons la Meluna ; plusieurs tailles, du S au XL, s’adaptent à toutes en fonction de votre morphologie, de votre âge et du nombre d’enfants nés par voie basse. Blanche, verte, noire, transparente ou à paillettes (oui oui !), vous n’avez que l’embarras du choix !

Cup et stérilet : parfaitement compatibles !

En 2013, l’Agence Nationale de Santé pour le Médicament (ANSM) publiait une mise en garde en rapport avec l’utilisation d’une coupe menstruelle et d’un DIU (dispositif intra-utérin, stérilet), expliquant que des expulsions avaient été notées en raison de l’effet ventouse au moment du retrait de la coupe menstruelle.Une étude canadienne réalisée auprès de 930 femmes portant un stérilet et utilisant divers méthodes de protection pendant les règles a cependant montré que si 2,5 % d’entre elles avaient fait l’expérience d’une expulsion au cours des 6 premières semaines, il n’y avait pas de lien avec le fait de porter ou non une coupe menstruelle.

Pas de commentaires

Poster un commentaire